Bureau des guides

Jour de Colère

22-23 juillet 2019
Récit du Rééquipement face sud-ouest de Sialouze, voie Jour de colère.

Perle des Écrins, du haut de ses 370 mètres la face sud-ouest de Sialouze propose une dizaine de voies à l’escalade enthousiasmante, ouvertes entre 1959 et 2009, sur un rocher toujours beau et incroyablement varié on retrouve un large éventail de ce que la grimpe peut offrir : des dalles à friction, des fissures plus ou moins larges, des cheminées à ramoner, des dévers intenses et pléthore de surprises à découvrir. Parmi celles-ci, nombreuses furent ouvertes dans les années quatre-vingt, grâce à l’inextinguible ardeur de valeureux aventuriers corrélé à l’essor des points « inarrachables », qui finirent par vieillir jusqu’à menacer de s’arracher. Alertés par Jean Michel Cambon, ouvreur pionnier des bientôt cinq dernières décennies, qu’à mesure que l’âge oxyde les points originels, la nécessité de les changer se fait plus pressante, le rééquipement de deux voies parmi les plus parcourues – ventre à terre et jour de colère - fut enfin réalisé.
L’objectif est de maintenir l’équipement en place en respectant l’esprit des premiers ascensionnistes, nous changerons une vieille plaquette par une nouvelle aussi solide que rutilante et éventuellement si la pose de coinceurs peut se substituer logiquement à l’une d’entre elles nous ne la remplacerons pas. Sous la coordination de Fred Roulx du bureau des guides des écrins (grand équipeur par la taille et l’expérience) nous partîmes trois guides usés, mais par un prompt renfort, nous nous vîmes plein de vigueur en attaquant les efforts, au refuge du sélé nous attendait un apéro royal nous permettant de survoler les dalles, à nous voir marcher avec un tel visage, les plus fatigués reprenaient du courage.
La stratégie déjà éprouvée lors des précédentes campagnes de rééquipement est la suivante : un grimpeur de tête assure ses camarades, à chaque plaquette à changer le premier des deux seconds perce et place le nouveau point que le second serre avant de récupérer l’antique relique. Si la démarche est simple elle n’en reste pas moins chronophage, fort heureusement lors de l’ouverture JM Cambon, JM Rey et Christian Ferrera, n’ont posé que peu de points garantissant ainsi le caractère audacieux de l’itinéraire autant que la préservation de leurs ressources énergétiques, tant est épuisante la pose de chevilles au tamponnoir, aussi courte soit la tige.

Au terme de deux éprouvantes journées, nous avons remplacé une soixantaine de vieilles chevilles, optimisé le placement de quelques - uns des nouveaux points, rajouté un point de renvoi après les relais, sécurisant ainsi les facteurs de chute potentiellement important au départ des longueurs, épuré la longueur clef en fissure qui se protège très bien sur coinceurs sans nécessiter un surcroit de matériel. La voie parée de ses beaux points flambants neufs retrouve une allure des plus attrayantes.

Foncez grimpeurs rocophages avides de belles escapades, l’aventure reste à portée de chaussons et l’accueil au refuge du Sélé est inoubliable.

Les voies rééquipées cet été 2019

Ventre à terre, face sud-ouest de Sialouze 370 mètres 6a max 

Sous le soleil de Satan, contreforts des Bans400m 6b max

Jour de Colère, face sud-ouest de Sialouze 370 mètres 7a max 

Les Guides des Écrins